Nouvelles des Amis -

ANACR ARDECHE


L'Association des Anciens Combattants de la Résistance (ANACR) et les Amis de la Résistance défendent la mémoire des combattants de la Résistance


Message sur la Corrèze - par Alain le 06/06/2023 16:46 

Dans son numéro 147 d’avril 1946, France d’Abord publie une lettre que Pierre Villon, qui fut de fait vice-président du CNR et Président du Comité militaire d’action (Comac) de la Résistance envoie, en tant que Président du «Comité National de défense des patriotes emprisonnés», au ministre de la Justice, par laquelle il attire son attention sur le sort fait à près de 2 000 anciens Résistants en détention provisoire pour des faits leur ayant été attribués sous l’Occupation, lors des combats de la Libération et de la période de l’Epuration ; certains auront même été condamnés à mort. Et ce alors qu’une première loi d’amnistie no 47-1504 du 16 août 1947 va faire sortir de prison plusieurs milliers de laudateurs du pétainisme… D’autres lois d’amnistie, du 5  janvier 1951 et du 6 août 1953, vont libérer des collaborateurs bien plus compromis et lourdement condamnés ; dont nombre vont retrouver grades voire mêmes décorations, et faire des carrières professionnelles y compris politiques. D’anciens SS seront parmi les fondateurs dirigeants du Front – aujourd’hui Rassemblement – National...

De manière concomitante à la mansuétude à l’égard des anciens collabos, la répression contre d’anciens Résistants va, elle, perdurer jusqu’aux premières années de la 5ème République – Georges Guingouin, Compagnon de la  Libération, accusé de crimes et emprisonné pendant près de six mois, ne sera remis en liberté que  le 14 juin 1954 et reconnu innocent qu’en 1959. Alors même qu’une ordonnance prise à Alger le 6 juillet 1943 par le Comité Français de Libération Nationale sous la direction du général de Gaulle avait déclaré «légitimes tous les actes accomplis postérieurement au 10 juin 1940 dans le but de servir la cause de la Libération de la France, quand bien même ils auraient constitué des infractions au regard de la législation appliquée à l’époque».

Il est symptomatique que les attaques contre la Résistance, remettant en cause son rôle, son action, son honneur se soient développées parallèlement à la réhabilitation progressive du pétainiste idéologique, dans le contexte de la Guerre froide des décennies d’après-guerre et de la réinsertion dans la vie politique nationale de ses défenseurs.

Ainsi, il est tout aussi symptomatique que la polémique née aujourd’hui autour d’un témoignage relatant l’exécution de soldats de la Wehrmacht prisonniers par des maquisards, dans le contexte géographique et historique des assassinats de masse perpétrés dans tout le Limousin par la Wehrmacht et les SS sans oublier la Milice, tels les 99 pendus de Tulle ou le massacre de 643 habitants d’Oradour-sur-Glane, ainsi que les dizaines et dizaines d’autres victimes de la barbarie de la soldatesque nazie dans bien d’autres lieux, fasse le «buzz» médiatique aujourd’hui. En s’inscrivant de fait dans la tentative de réhabilitation de Pétain, dont Zemmour s’est fait le chantre lors de l’élection présidentielle, dans le contexte de la résurgence croissante des pires thèses xénophobes, impliquant de salir ceux qui s’y opposent, quitte pour cela à feindre de «découvrir», en les décontextualisant, des faits connus et reconnus depuis longtemps.

Regrettant que des organes de presse se fassent le relais de cette polémique, espérons-le par méconnaissance de la réalité historique, nous tenons à affirmer notre solidarité totale avec nos camarades de l’ANACR de Corrèze, qui, eux, sont particulièrement attachés à la défense de cette réalité, qui a été celle du combat des Résistantes et des Résistants pour la Liberté et l’indépendance de la France.

Le Bureau National de l’ANACR

 

Lire la suite

(06/06/2023 16:46)

Dernière mise à jour : 19/05/2024 07:32